Présentation

Dans le domaine des sciences humaine, la tectonique des plaques de notre monde solidaire et numérique devrait nous interpelle. C’est Françoise DOLTO qui écrivait : « Tout groupe humain  prend sa richesse dans la communication, l’entraide et la solidarité, visant à un but commun ; l’épanouissement de chacun dans le respect des différences ».

Le diabète dont l’évolution exponentielle n’épargne personne, nous questionne sur une meilleure gestion collective de cette condition. Les données épidémiologiques aussi bien de l’OMS que de la Fédération Internationale du Diabète (FID) montrent sans discontinuer, une forte progression de tous les type de diabète ainsi le nombre de malades qui s’ignorent. Il en découle un accroissement des complications liées au diabète, une dégradation de la qualité de vie et une lourde charge financière. Cette situation nous interpelle et nous pousse-t-elle pas renforcer notre matrice solidaire ?

Lire la suite ...

Médecin et chercheur, ma position a été sans ambiguïté. J’ai été conforté dans la poursuite d’un projet alternant entre les difficultés de l’environnement sanitaire parfois hostile, et les rencontres lumineuses et structurantes. J’ai compris que pour atteindre le sommet, il ne faut pas observer une montagne mais l’escalader. Faire de la lutte contre le diabète une affaire de tous est devenu mon combat pour l’humain. Ma double casquette de clinicien et épidémiologiste, mon parcours d’ancien conseiller Régional de l’OMS et de Président de la FID Région Afrique, mes rencontres ceux qui sont devenus mes amis, ont balisé le chemin pour la création d’un lieu dont l’ambition était déjà formulée : la Maison Bleue du Diabète (MBD). Avancer pas à pas car il suffit parfois d’un tout petit coup de pouce pour impulser une dynamique et changer le cours des choses ; Es ce le pourquoi la Maison Bleue du diabète (MBD)?

J’ai essayé d’apporter des réponses dans l’allocution prononcée lors de l’inauguration du Centre, et dans l’héritage de l’enseignement de mon père qui me disait « penser grand et vos actes grandiront » Ainsi, en octobre 2011, j’avais dit : « La Maison bleue du diabète, produit du partenariat public–privé associatif, fait partie du schéma d’organisation sanitaire qui offre désormais un nouveau cadre de vie et de travail centré sur le patient. Elle permet un regroupement d’activités allant de la prévention à la cure en passant par l’éducation thérapeutique avec un accent particulier sur les populations vulnérables .C’est le champs des possibles dans un ciel bleu azur serein.

La MBD est née sur les fonts baptismaux du cercle bleue de l’IDF et aussi en écho aux paroles de Maxime Leforestier où les hôtes de sa Maison bleue ont jeté la clé ; témoignant l’hospitalitéet accessibilité d’un lieu de vie chaleureux et accueillant.

Depuis lors, la MBD a été et reste  au cœur des projets majeurs à savoir : le diabète de l’enfant, le diabète de la femme enceinte, la prévention et la réadaptation de l’amputation liée au diabète. Grâce à la démarche innovante ce dispositif reste le lieu d’information et de formation à la fois des personnes atteintes de diabète et leurs familles ainsi que pour les professionnels de santé. La MBD a abrité le siège Régional  de IDF Afrique ; elle est le siège du Réseau en Afrique Francophone pour la Télémédecine (RAFT) et de l’Université Numérique Francophone Mondiale (UNFM). Ce volet consolide notre ancrage dans le numérique.

Avec des partenariats multiformes, les valeurs de solidarité et celles de l’excellence sont mises en avant pour promouvoir la recherche dans le domaine du diabète et des autres maladies non transmissibles pour une prise en charge intégrée.

La création de la MBD a ainsi concrétiser notre vision sur la diabète, en lui assignantla vocation d’accueillir tous ceux qui désirent cheminer ensemble sur la route du diabète et s’organiser efficacement en concertation avec toutes les parties prenantes y compris les autorités sanitaires et l’industrie pharmaceutique.La structure fédérant aujourd’hui plusieurs personnes travaillant main dans la main (diabétologues adulte, diabétologues pédiatres, gynécologues, ophtalmologues, stomatologues, infirmiers, diététicienne, éducateurs) autour des programmes avec des soutiens multiformes.

Notre expérience acquise au fil du temps, nous permis d’avancer de manière significative. Le virage dans le numérique a ouvert sur la voie du e-learning et du e-diagnostic. Il est le levier probable d’une nouvelle organisation des soins autour du diabète. Le programmes e-diabète, e-pédiatrie, e-échographie et e-rétinopathie, illustrent. L’immersion de l’intelligence artificielle (IA) au service d’une médecine globale et personnalisée, nous pousse d’être en capacité de mieux gérer l’autre tectonique de la plaque numérique au regard l’intelligence émotionnelle. . Il nous faut faire le pari de la singularité africaine dans l’apprentissage « machine Learning » permettant de créer des algorithmes appropriés pour l’aide à la décision médicale.

Dans nos perspectives, quoique ambitieux, nous restons humbles dans les progrès à accomplir autour de la MBD. La vérité en médecine c’est une erreur corrigée. Avec le soutien de tous, nous souhaitons réussir à opérer le passage d’un modèle économique des projets pilotes à l’échelle pour une autonomie financière. Comme le disait Edgar Morin « Enseigner la compréhension entre les humains est la condition et la garant de la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité.

Evariste Bouenizabila

subtitlesCHX